Des dizaines de morts et des milliers d'évacuations / Texas : Harvey est passée par là

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     
Le pire est peut-être à venir
Pertes -  Outre les pertes humaines, l'Etat est concerné par les dégâts matériels causés par la tempête Harvey, qui pourraient s'élever entre  30 et 100 milliards de dollars.
Le Texas, déjà meurtri par la découverte des corps de six membres d'une même famille, craint désormais que la décrue après le passage de Harvey ne révèle plus de morts et des dégâts d'une ampleur gigantesque, qui prendront des années et des milliards de dollars à réparer. Trente-trois personnes ont déjà trouvé la mort depuis que le sud du Texas a été frappé vendredi soir par des pluies torrentielles, qui ont provoqué l'évacuation de dizaines de milliers de personnes. Le décès de dix personnes a été confirmé dans plusieurs comtés du sud-est du Texas, tandis que 23 décès supplémentaires "sont potentiellement liés à Harvey", a annoncé le bureau des médecins légistes de Harris, le comté qui comprend la ville de Houston. L'Amérique a été ébranlée par la macabre découverte de six membres d'une même famille, portés disparus depuis dimanche, et retrouvés morts dans leur camionnette submergée hier. Parmi eux se trouvaient quatre enfants, âgés de six à 16 ans, qui étaient accompagnés de leurs arrière-grands-parents. Outre les pertes humaines, l'Etat est concerné par les dégâts matériels causés par Harvey, qui pourraient s'élever entre 30 et 100 milliards de dollars, selon l'agence Bloomberg. Surtout, une usine chimique du groupe français Arkema située à Crosby est confrontée à des risques catastrophiques pouvant aller jusqu'à une explosion, après les inondations qui ont touché le site. "Nous nous préparons à Crosby à ce que nous estimons être un scénario du pire", a indiqué le PDG de la filiale américaine du groupe. Arkema, qui fabrique des peroxydes organiques sur ce site, avait indiqué mardi soir que les produits chimiques qui y étaient stockés devaient être réfrigérés, mais que l'électricité avait été coupée par les pluies torrentielles et les générateurs de secours noyés. Le Texas, importante région pétrolière, craint également de voir son économie handicapée, alors que 15 raffineries de la région,comptant pour 20,9% des capacités totales de raffinage aux Etats-Unis, étaient fermées ou en cours de fermeture hier. Malgré tout, la métropole de Houston tente quand même de reprendre une vie normale, puisqu'elle a annoncé que plusieurs services municipaux, comme le métro et la collecte des ordures, reprendraient dans plusieurs quartiers ce jeudi. Certains résidents ont commencé à quitter les abris pour rentrer chez eux, et le nombre de personnes privées d'électricité a également été réduit à 59 000. Plusieurs autoroutes ont également rouvert à la circulation, tout comme les deux principaux aéroports de la ville.
Les Etats-Unis remercient le Mexique
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a chaleureusement remercié hier le Mexique pour avoir proposé son aide au Texas en proie aux inondations, oubliant un instant les tensions entre les deux pays au sujet du mur frontalier voulu par Donald Trump. "Je veux remercier le gouvernement mexicain pour sa proposition d'aide à l'Etat du Texas", a dit le chef de la diplomatie en recevant son homologue mexicain Luis Videgaray à Washington. "C'est très généreux de la part du Mexique d'offrir son aide en ces temps très, très difficiles", "merci beaucoup", a-t-il insisté. Il n'a pas décrit la nature de l'aide proposée mais précisé que le sujet était coordonné par le Texas et l'agence fédérale des situations d'urgence. "Nous sommes voisins, nous sommes amis et c'est ce que font les amis", lui a répondu le ministre mexicain. Mexico avait annoncé dimanche avoir proposé son aide aux Etats-Unis après l'arrivée dévastatrice de l'ouragan Harvey au Texas, Etat du sud américain frontalier du Mexique. Dans le même communiqué, le ministère mexicain des Affaires étrangères avait toutefois de nouveau assuré que le Mexique ne paierait pas pour le mur anti-immigrés clandestins que Donald Trump veut bâtir à la frontière. Le président américain a répété à plusieurs reprises ces derniers jours que le Mexique paierait pour le mur d'une manière ou d'une autre.
«Nos pires peurs»
 "Nos pires peurs se sont réalisées", a annoncé le shérif du comté d'Harris lors d'une conférence de presse. Alors que l'eau commence à se retirer à Houston, après que 41 trillions de litres se sont abattus en cinq jours sur l'Etat du Texas, les autorités craignent maintenant de retrouver d'autres corps de personnes coincées par la montée des eaux. La Maison Blanche a annoncé que le vice-président Mike Pence se rendrait ce jeudi au Texas pour rencontrer des personnes évacuées, chose que le président Donald Trump, n'a toujours pas faite.
«C'est Katrina qui recommence»
Soutien -  Toujours marqués et meurtris par l'ouragan Katrina qui a détruit leur ville en 2005, les habitants de La Nouvelle-Orléans ont fait preuve de solidarité avec ceux de Houston, noyée sous les eaux après le passage de la tempête Harvey.
"C'est beau, nous avons été comblés", explique le père Tim Hedrick, alors que ses paroissiens roulaient vers l'église Sainte-Catherine de Sienne de La Nouvelle Orléans, les voitures remplies de provisions et de produits de première nécessité. Tim Hedrick, le vicaire de l'église, et son armée de volontaires déchargent de leurs véhicules paquets de pâtes, bouteilles d'eau, paquets de gâteaux, chaussures, couvertures, et même deux chaises pliantes. Toutes ces provisions seront entassées dans un semi-remorque, direction le Texas voisin, où des millions de personnes ont été touchées par Harvey, la plus grosse tempête à avoir frappé le sud du pays depuis Katrina en 2005. "Je veux juste rendre un peu de ce qu'on m'a donné, après tout ce que j'ai subi", explique Amy Runco, une des volontaires. Après Katrina, cette femme de maintenant 26 ans a dû vivre avec sa famille dans une caravane pendant deux ans. Amy était seulement venue à l'église pour faire don de couches et nourriture pour enfants, mais, en se rappelant d'à quel point les Texans avaient été généreux avec elle après Katrina, elle a décidé de rester pour prêter main forte. "Voir ce qu'ils traversent a ravivé de mauvais souvenirs. C'est dur", lâche-t-elle, la voix étouffée par l'émotion. "On a l'impression que c'est Katrina qui recommence". "ça me fend le cœur. On pleure pour ces personnes, vous comprenez ?", témoigne Debra Werner en déposant des paquets de riz et des boîtes haricots devant une banque alimentaire. Cette serveuse de 65 ans a elle-même été obligée d'évacuer sa maison de La Nouvelle-Orléans quand une digue voisine a cédé. Harvey n'a pas épargné la Louisiane, même si peu d'inondations sont à signaler dans la capitale américaine du jazz, malgré les fortes pluies. "Ils ont tout fait pour La Nouvelle Orléans", rappelle Brent McCrossen, en parlant des habitants de Houston. Ce directeur général d'entreprise a donc décidé de rendre la pareille aux Texans: il est à la tête d'un groupe de 45 patrons qui s'activent pour aider Houston. "Si on restait les bras croisés à simplement garder les habitants de Houston dans nos pensées et nos prières, cela ne serait pas une réponse moralement adaptée", argue-t-il. Lui et ses amis ont donc installé plusieurs banques alimentaires dans La Nouvelle Orléans. "On se sent liés aux gens qui sont là-bas", explique pour sa part Henry Cambre, ancien officier des garde-côtes à la retraite, qui voit plusieurs points communs entre les situations dans ces deux villes du Sud. "Les deux tempêtes sont similaires à bien des égards", avance-t-il. Les catastrophes naturelles ont lié les deux villes.Mais le père Tim Hedrick ne désespère pas, et a un message pour Houston: "On est là pour vous".
«Aller de l'avant»
l "J'espère que malgré la puissance de cette tempête, la ville de Houston va vite pouvoir redevenir comme elle était et aller de l'avant", a martelé le maire démocrate hier soir lors d'une conférence de presse. Beaucoup de Texans, qui multiplient les actes de solidarité avec leurs voisins depuis la catastrophe, partageaient son optimisme. "Ici, si vous voyez quelqu'un, vous allez le voir et vous faites ce que vous pouvez pour aider", a raconté à l'AFP Cynthia Guillory, 51 ans, une conductrice de camions originaire de Louisiane, qui s'est retrouvée coincée dans les inondations alors qu'elle rentrait de vacances. "C'est normal au Texas. Tout le monde se rassemble autour d'une cause commune", a expliqué Bernard Redeo, un conducteur de train de 58 ans. Des élans de solidarité similaires ont été observés à La Nouvelle Orléans, ville frappée par Katrina en 2005, et désormais également menacée par Harvey. "On se sent liés aux gens qui sont là-bas", a expliqué à l'AFP Henry Cambre, ancien officier des garde-côtes à la retraite. "Les deux tempêtes sont similaires à bien des égards", a-t-il avancé. Harvey a retouché terre en Louisiane, mais La Nouvelle-Orléans, certes touchée par les pluies, échappe jusqu'ici aux inondations.
Les célébrités sortent le porte-monnaie
Après Beyoncé et le rappeur Drake, de nombreuses célébrités ont annoncé leur intention de sortir le porte-monnaie pour les victimes de la tempête Harvey qui a dévasté une partie du Texas. Sandra Bullock, héroïne du film "Gravity", qui a des maisons tant à Austin (Texas) qu'à la Nouvelle Orléans, a donné un million de dollars à la Croix-Rouge américaine, selon l'organisation. Khloe Kardashian, de la famille Kardashian rendue célèbre par son émission de téléréalité, a indiqué que la famille donnerait de son côté 500 000 dollars à la Croix-Rouge et à l'Armée du salut. Les Kardashian font partie de ceux qui ont répondu au comédien Kevin Hart, qui avait invité mardi ses amis à suivre son exemple en annonçant un don de 25 000 dollars à la Croix-Rouge. Jennifer Lopez et son petit ami, la légende du baseball Alex Rodriguez, ont aussi répondu à l'appel du comédien en annonçant sur Instagram un don de 25 000 dollars chacun. Chris Brown, le chanteur de R&B célèbre pour ses déboires judiciaires, a indiqué à Hart qu'il donnait 100 000 dollars, en indiquant de façon vague que l'argent irait "à la population" mais pas à la Croix-Rouge. Le chanteur de country Chris Young a également annoncé donner 100 000 dollars et invité ses fans à faire des dons. Le joueur de football américain, J.J. Watt, qui joue pour l'équipe des Houston Texans, a lancé pour sa part un appel aux dons en ligne qui a connu un succès immédiat.