La nouvelle raffinerie de sel d’El-Outaya reportée à la mi-mars

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     


Biskra l La réception de la nouvelle raffinerie de sel gemme d’El Outaya (wilaya de Biskra), en cours de construction, est reportée à "la mi-mars 2018", a appris l’APS auprès du directeur général de l’entreprise nationale des sels (Enasel), Nabil Meghlaoui. "Il y a eu un glissement de délai, notamment suite à un arrêt des travaux qui dure depuis la fin du mois d’octobre dernier pour des raisons administratives", a indiqué M. Meghlaoui, précisant que les travaux devraient, "en principe reprendre ces jours-ci".
A part quelques travaux à finaliser et des équipements à mettre en place, le montage de cette raffinerie, dont la réception était prévue au mois de septembre 2017, est actuellement achevé à 95%, a-t-il souligné.
Cette nouvelle raffinerie, dont les travaux de réalisation ont débuté en février 2016, vient en remplacement de l’ancienne raffinerie, entrée en exploitation en 1982 et mise hors service en 2006, et ce, eu égard à la "vétusté" de ses installations qui ne répondaient plus aux exigences du marché.
D’une capacité productive de 80 000 tonnes, cette raffinerie produira 25 000 tonnes de sel pharmaceutique, 25 000 tonnes de sel en pastilles et 30 000 tonnes de sel destiné à la consommation domestique et industrielle, en sus de la production de sel chimique de "haute pureté" constitué de 99,9% de chlorure de sodium (Nacl). "Cette production permettra à l’Algérie d’acquérir une autosuffisance en matière de production de sel chimique utilisé dans l’industrie pharmaceutique", de "couvrir les besoins nationaux et mettre un terme aux importations", a-t-on indiqué à l’entreprise nationale des sels (Enasel).
R.L./APS