Marchés informels : Ils poussent et repoussent

Partagez cet article
FaceBook  Twitter     


Chiffres - Le nombre de marchés informels éradiqués jusqu'à fin novembre 2017 a atteint 1 050 sur les 1 453 recensés en 2012, a indiqué la Direction de la régulation au ministère du Commerce.


La Direction de la régulation et de l’organisation des activités auprès du ministère du Commerce a relevé l'apparition de 85 nouveaux marchés informels alors que 216 ont fait leur réapparition après leur éradication.
Les opérations de lutte contre les marchés informels se sont, ainsi soldées par l’insertion dans le tissu commercial légal de 21.239 intervenants qui exerçaient à l`intérieur de ces marchés, et ce, sur les 50.677 intervenants informels recensés en 2012. Le nombre de marchés informels qui restent encore à éradiquer s’élève à 403, précise par ailleurs la Direction de la régulation. Pour lutter contre ce phénomène, l`Etat a engagé plusieurs actions comme le démantèlement des marchés informels, le renforcement des infrastructures commerciales (marchés de proximité, marchés couverts...).
Le ministère de l`Intérieur et des collectivités locales avait lancé en août 2012, en collaboration avec le ministère du Commerce, une large opération d`éradication de ces marchés. En parallèle, de nombreuses mesures destinées à la résorption de ce commerce illégal ont été prises dont la réalisation de marchés de proximité et de marchés couverts. Ainsi, une enveloppe de 12 milliards de DA a été dédiée à la réalisation de 784 marchés de proximité relevant du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales. Concernant le projet de réalisation de marchés couverts par le ministère du Commerce, il prévoyait initialement la réalisation de 291 de ce type de marchés pour une enveloppe financière de 10 milliards de DA. Jusqu'à fin novembre 2017, il a ainsi été réceptionné 670 marchés de proximité sur les 784 prévus dans le programme du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales.
Il reste ainsi 94 marchés de proximité à réceptionner, alors que 20 projets de ce type de marchés ont été annulés. Pour ce qui est des marchés couverts, 24 ont été réceptionnés sur les 291 prévus dans le programme lancé par le ministère du Commerce. En outre, 44 marchés couverts sont en cours de réalisation tandis que 208 ont été gelés, huit sont à l'arrêt et sept autres ont été annulés. Pour rappel, le ministère du Commerce avait lancé en mars 2017 une étude sur l’économie informelle en Algérie en partenariat avec le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (Cread) avec l`appui du Programme des Nations-unies pour le développement (Pnud). Intitulée "Economie informelle: concepts, modes opératoires et impacts", cette étude permettra de mieux connaître l’économie informelle dans ses différentes dimensions (financement, production, commercialisation, emploi), de cerner et de quantifier son impact sur l’économie nationale afin d’élaborer une stratégie adéquate pour lutter contre ce phénomène. L`économie informelle en Algérie représenterait 45% du Produit national brut (PNB), selon une enquête réalisée par l`ONS en 2012.
Assia. B